Gestation pour autrui – la traite des enfants ou la philanthropie ?

Publié 23/11/2017 en Medicine, Sanità, Société, Sports

Gestation pour autrui – la traite des enfants ou la philanthropie ?

 

Au fil du temps la liste des pays autorisant la gestation pour autrui (autrement la maternité de substitution) s’élargit. En 2015 l’Inde, le Népal, la Thaïlande et le Mexique qui constituent les marchés principaux de la maternité de substitution commerciale ont interdit la pratique en question pour les étrangers. Cependant, la demande globale pour cette procédure n’est pas disparue.

« Il existe une énorme demande pour le programme de la GPA dans le monde entier » – affirme l’un des experts internationaux. « Plus de 160 millions d’Européens nécessitent cette procédure et ils sont prêts à s’y lancer, mais ils n’y ont pas l’accès dans leur pays. Si les gens n’arrivent pas à obtenir ce service chez eux, en Inde ou en Thaïlande, ils trouveront un autre endroit ! ».

Ne vaut pas la peine de faire de longues recherches. Le Portugal, la Géorgie, l’Ukraine, la Grèce, le Chypre sont les destinations pour les résidents étrangers à passer légalement le programme de gestation pour autrui. Et pendant que les pays développés réfléchissent à la légalisation de la GPA, les autres États réussissent à aider les couples infertiles dans la résolution de leur problème. Il y a des milliers de familles dans le monde pour qui la GPA est la seule et la dernière chance de devenir parents, et c’est uniquement grâce à un tel programme qu’ils obtiennent la possibilité de ressentir la joie inestimable de la paternité et de la maternité.

Malgré le fait que la pratique de la maternité de substitution ne cesse de se répandre dans divers pays, le processus où une femme porte et ensuite accouche d’un bébé pour autrui demeure ambigu et contradictoire. S’agit-il plutôt de l’aide précieuse aux familles infertiles, de la traite des enfants ou de l’acte de philanthropie ?

Aux États-Unis la gestation pour autrui représente toute une industrie. Les stars de l’Hollywood telles que Sarah Jessica Parker, Nicole Kidman, Elton John, Ricky Martin et beaucoup d’autres ne cachent pas le fait d’être devenus parents grâce à des mères porteuses. Les technologies ne cessent pas d’évoluer non plus. Aujourd’hui il est possible de sélectionner le sexe du futur enfant, la couleur des yeux et voire de rédiger le génome CRISPR !

Même les grandes sociétés technologiques telles que Google, Facebook et Microsoft ne restent pas à côté de la lutte globale contre l’infertilité. Lesdites sociétés coopèrent vivement avec les cliniques de la médecine reproductive, du coup pour leurs employés en mal d’enfants le traitement de l’infertilité a été rendu plus accessible ce qui comprend et la FIV, et le DPI, et la congélation des ovocytes et des embryons.

L’infertilité est un problème de la reproduction ayant considérablement accru pendant ces dernières années dans le monde entier. Au cours de l’année passée on a constaté que plus de 25% des couples conjugaux ont fait face aux problèmes de l’infertilité. C’est à cause de la croissance des coefficients de l’infertilité que la demande pour les programmes de PMA a augmenté ce qui a favorisé le développement du marché. Le plus en plus de couples optent pour les procédures médicales coûteuses afin d’améliorer leurs chances de conception. La gestation pour autrui est l’une de telles procédures à le service des couples désespérés leur permettant de connaître finalement le bonheur parental. Actuellement c’est la gpa qui fait plus de 2% de tous les programmes de la PMA ; alors que récemment ce coefficient ne faisant que 0,1%. Selon les statistiques le plus de programmes sont menés par le centre PMA Biotexcom. Et comme l’estiment les experts, vers l’année 2025 un enfant sur trois sera né suite à la gestation pour autrui.

Il n’est donc pas étonnant que dans telles conditions de petites agences de la GPA ne tardent pas de se transformer en sociétés transnationales, et c’est l’achat par elles des clubs de football, de tennis, de base-ball et de jiu-jitsu qui en est le premier signe (http://jiu-jitsu.news/video/)  En passant pour des généreux sponsors les sociétés font une très bonne promotion de leurs succès à l’échelle internationale.

Au XXI-ième siècle les programmes de la FIV pour les couples infertiles se sont vus transformer en un business majeur. Si l’invasion de la GPA n’est pas maîtrisée, les enfants seront bientôt des résultats de la science-fiction et le célèbre film « Matrix » deviendra une réalité. La légalisation complète de la GPA va engendrer au fur et à mesure la variation contemporaine de « la dame et la domestique » et au bout du compte la vie ne sera plus un don mais une « marchandise » à commander dans des cliniques de reproduction.

Le parlement européen a condamné dans sa résolution de l’année 2013 la pratique de la gestation pour autrui en indiquant qu’elle « humilie la dignité humaine de la femme puisque son corps et ses fonctions reproductives sont utilisées en tant que marchandise ».

Néanmoins, le marché de la PMA est en croissance permanente et il est très sollicité auprès des couples infertiles faute d’une autre solution. La situation s’explique par la baisse importante des taux de naissance, l’augmentation des investissements publics et privés, la meilleure connaissance des programmes de la PMA et les succès technologiques. De l’autre côté, la gestation pour autrui reste un sujet majeur des débats et des discussions visant à révéler sa vraie nature – soit une chance unique pour les couples en mal de procréer de devenir parents, soit un business remportant des millions sur les problèmes de la santé reproductive.

Print article

91 CommentsAdd yours

  • Claire - 23/11/2017 Reply

    Pour moi la gpa restera toujours une vente d’enfant et rien ne pourra changer mon avis! Comment ça, mettre le corps d’une femme libre à disposition d’un couple comme si elle était une esclave?! Et je suis ahurie par l’échelle que prend cette pratique malsaine dans le monde, c’est terrifiant! Bref, aucune excuse pour les egoistes ayant recours à la grossesse pour l’argen, point.

  • Marion - 23/11/2017 Reply

    Merci pour cet article bien informatif…Moi perso je pense que la GPA est une aide inestimable aux couples infertiles qui rêvent d’un enfant mais n’y arrivent pas…Je connais ce problème de ma propre expérience:5 ans d’essais infructueux,puis dépistage de l’endométriose(utérus et trompes atteintes)et enfin l’ablation de l’utérus…GPA seul espoir.On s’est dirigés vers Ukraine parce qu’en France on n’a pas accès à cette pratique…En tant que patiente de la clinique Biotexcom ,qui a été mentionnée ici ,je confirme que le nombre de clients est important,mais ça n’influence pas la qualité de leurs services…Ils sont vraiment au top,leurs technologies sont modernes et les prix incitent d’y aller…Je ne suis pas d’accord que le sujet de la GPA est contradictoire…Le monde évolue ,les mentalités demeurent les mêmes .Pourquoi???

    • Kiki - 24/11/2017 Reply

      je vous comprends bien madame et je pense vous avez raison le monde évolue mais la france reste la même. on doit frapper à toutes les portes avant que qqn nous attend. des gens infertiles deviennent des plus de plus en plus nombreux et il faut en faire qqchose il faut créer des conditions des possibilités pour les gens comme vous et comme moi. j’ai fait 11 fiv et toujours rien j’ai peur que je devrais avoir recours à la gpa. mais comment?

  • ericka reebok - 23/11/2017 Reply

    Magnifique article sur le de PMA qui prend de l’ampleur au fil du temps… toutefois il convient de lever l’équivoque entre celles des personnes qui sollicitent la PMA pour pallier à un dysfonctionnement du corps humain et qui pour procréer doit absolument passer par la PMA, et les personnes qui n’ont aucun respect pour la vie humaine en servant de la PMA à des fins mercantiles et de vedettariat.

    Il faudrait simplement savoir séparer la bonne graine de l’ivraie et continuer de sacraliser la vie, on doit protéger la vie et celles qui ne peuvent pas la donner naturellement car tout le monde a droit au bonheur!

  • Marie - 24/11/2017 Reply

    Super, cette clinique développe le sport aussi. Kom c magique!!!!!

  • Valérie - 24/11/2017 Reply

    je suis pour la GPA basée sur les raisons médicales. sinon les femmes qui ne veulent pas accoucher parce qu’elle vont perdre leur forme de jeune fille, elles seront les clientes de ces services. et si on pense à ça c’est vraiment horrible côté moral. les gens riches pour qui la somme de ce traitement n’est rien vont faire leur bébés pour ne pas subir la peine de la grossesse. c’est injuste et ça va créer de gros problèmes. je pense que la loi sur la GPA ne soit pas révisée dans les prochaines années parce que le côté moral joue un grand rôle ici.

  • Victor - 24/11/2017 Reply

    À vrai dire j’ai rien compris une image et le sens d’un article ???? Si vous donnez l’image kom ça, donnez-vous l’info correcte. Kan j’ai commencé à lire, je pensais du sujet sportif. Mais j’ai vu seulement une phrase.
    L’absurdité totale

  • Riri - 24/11/2017 Reply

    Le marché de gpa a évolué non parce que la demande de la gpa s’est accru mais car les gens dans certains pays ont compris que ça pourrait être une mine d’or ! D’après les statistiques dans cet article bientôt nos enfants seront tous faits dans le labo ! Il y apparemment une faute de décompte !

  • bébé_ma_vie - 24/11/2017 Reply

    Je comprends pas comment le sport est lié à l’infertilité…. bien sûr c’est super quand un centre comme biotexcom cité supporte des équipes nationales sport c’est tjrs mieux que l’industrie de consommations etc. Ok… je ne juge pas! j’espère qu’il continueront de faire ce qu’ils font et bonne chance à eux.

  • viviane - 24/11/2017 Reply

    Et dire que certains irresponsables demandent la légalisation de la gestation pour autrui , c’est à dire du commerce des enfants, rabaissés au rang de simples objets de consommations…

    • KATE - 27/11/2017 Reply

      Mais pourquoi vous croyez que la GPA c’est la vente d’enfants. Si une personne veut aider un autre ça devient criminel? On vit dans le monde libre et tout est légal. Si la famille ne peut pas avoir un enfant, quelle autre méthode peut elle suivre pour réaliser son rêve ? vous ne pensez pas que c’est égoïste de votre part de diaboliser cette démarche qui vient en aide pour les couples infertiles ?

  • Anonyme - 24/11/2017 Reply

    Pour moi la philanthropie c’est nickel! ils gagnent de l’argent et en même temps ils donnent quelque chose aux autres, qui sont dans le besoin.
    Moi aussi j’envoie chaque mois une petite partie de mon salaire à la maison d’enfants. c’est ma contribution à leur futur.

  • vanessa - 24/11/2017 Reply

    Moi je pense qu’il est trop facile de donner des leçons aux autres, il faut avoir vécu le phénomène de stérilité dans sa chair pour comprendre la douleur qu’endurent les autres, toute chose dans la vie a un côté positif et négatif, il est donc important de faire appel à nos consciences et à la raison, car c’est celà qui fait de nous des êtres différents des animaux, je suis actuellement dans un processus de GPA avec mon compagnon, il aurait abouti depuis si la France n’était pas fermée à cela, du coup le faire en Ukraine nous demande un peu plus de patience, mais on y arrivera!

  • Claire - 24/11/2017 Reply

    Je pense que l’infertilité est une maladie majeure pour notre société et source de souffrances silencieuses pour de nombreux couples et leurs familles. On gagnerait plutôt à mieux encadrer cette pratique qui à mon avis, est plutôt une évolution médicale des temps modernes, les Etats doivent aussi penser à ces couples qui vivent dans le désarroi permanent et pourtant ils n’ont rien fait pour mériter un tel sort, par contre la législation peut être plus sévère à l’endroit des personnes utilisent cette pratique à des fins pécuniaires ou contraire à la morale!

  • Philip_bourcet - 24/11/2017 Reply

    Pour moi ce n’est ni plus ni moins que de la marchandisation du corps de la femme. je suis farouchement opposé à cette histoire, si on accepte ça les laboratoires deviendront des lieux pépinières des enfants, certaines personnes en profitent pour faire étalage de leurs porte-monnaie très fourni, si cela est approuvé on verra toute sorte de dérive, heureusement que le coût n’est pas à la portée de tout le monde,

  • Nouba - 24/11/2017 Reply

    A la base la GPA était là pour aider à contourner l’infertilité, aujourd’hui je suis contre la GPA, le fait qu’il y ait un paiement préalable pour les services rendus au cours d’un processus de gestation pour autrui, implique la commercialisation et exploitation d’un événement aussi sacré que la naissance d’un enfant. Donc dès lors qu’on paye celle qu’on appelle mère porteuse pour porter l’enfant, cette pratique perd tout ce sens humain, on peut voir comment récompenser celles qui acceptent porter pour les autres, ou alors elles font de la philanthropie tout simplement, porter gratuitement pour aider à donner la vie sainement

  • Dr_Berc - 24/11/2017 Reply

    Je suis gynécologue depuis 12 ans et je travaille dans un hôpital gynéco-pédiatrique et obstétrique, je peux vous confier que beaucoup de couples et de femmes infertiles pleurent en secret chaque jour dans nos cabinets, elles réclament la GPA. Nous constatons que la GPA improprement amalgamée avec « la procréation pour autrui »plus connue sous le qualificatif de « mères porteuses ») est la seule réponse médicale à de nombreuses formes d’infertilité, telles que les malformations utérines (congénitales telles que le syndrome MRKH ou consécutives à l’exposition au distilbène), les conséquences des cancers de l’utérus, l’impossibilité clinique de porter un enfant sans mettre en danger avéré la vie de sa mère, etc…

  • Noémie - 24/11/2017 Reply

    Comme le dit l’article il y a des arguments pour et d’autres contre mais je trouve que les arguments contre ont beaucoup plus de poids. Je peux comprendre que les futurs parents se battent pour leur droit d’avoir des enfants, mais à quel prix ? le lien filial n’a pas l’air d’avoir assez de place, mais bon comme quelqu’un l’a dit plus haut ici, tout le monde a droit au bonheur. ce que je ne comprend pas c’est que certains qui adoptent des enfants peuvent les amer plus que leur propre chair, et pourquoi ça serait différent pour un enfant GPA

  • kalheb - 24/11/2017 Reply

    GPA n’est pas mauvais, si on prend les ovocytes de la mère et le sperme du ppa, on fécond et on met dans la mere porteuse pour le fet que la mère qui veut l’enfant ne peut pas porter une grossesse, moi je ne voi pas le problème, ça me generait si on prend les ovocytes de la mère porteuse, cessons d’etre égoistes et pensons aux autre qui souffre, j’encourage les pays qui ont accepter la GPA et j’espère france va aussi le fair

  • infirmière - 24/11/2017 Reply

    La GPA ne doit pas être assimilée à de la « vente d’enfants » car son objet n’est pas l’enfant à naître, mais les conditions de développement in utero d’un embryon déjà existant, issu d’un projet parental autre que celle qui le porte. La GPA est éthique lorsqu’elle se déroule dans un cadre assurant toute précaution médicale, physique, juridique, psychologique. C’est un acte de compassion entre deux femmes. moi je connais des femmes porteuses qui par compassion sont déjà venu demander à porter gratuitement l’embryon pour aider une autre à être heureuse, ne voyons pas que le mauvais côté

  • Yvidu75 - 24/11/2017 Reply

    Moi j’aimerais qu’on m’explique comment un couple peut une fortune, pouvant aller à milliers d’auros pour avoir un enfant qu’il n’aimerait pas ou juste pour rigoler!
    oh que non, le bébé qui arrive existe grâce aux parents qui ont désiré qu’il vienne au monde… Son bien-être physique et émotionnel ainsi que son éducation, sont garantis par la grande implication des parents qui l’ont tant attendu.
    à mon avis c’est très facile à comprendre et arrêtons de vouloir créer un problème inutile. il est du GPA comme de pleins de cas de FIV qui ont donné tant de bonheur aux couples, je suis pour la GPA à l’étranger

  • Olivier - 24/11/2017 Reply

    La mère porteuse elle satisfait son désir d’aider d’autres personnes et en obtient aussi un bénéfice économique ( ce qui doit être pour moi une récompense symbolique) .Beaucoup de mères porteuses estiment avoir plus de confiance et d’estime d’elles-mêmes après avoir eu un enfant pour d’autres personnes, en plus de jouir d’un développement personnel positif grâce à un acte solidaire. C’est un peu comme lorsqu’on fait un don de sang pour sauver une vie, donc pour moi la GPA est en soi quelque chose de bien et les pays comme l’Ukraine l’ont bien compris

  • Jessica - 24/11/2017 Reply

    La GPA est aujourd’hui devenu un sujet assez ambigu pour les une et les autres. Les idées divergent sur le sujet mais la vérité reste que c’est pas de toute volonté qu’une femme y a recours. J’étais de celle qui pensait que c’est absurde mais quand ma sœur cadette a eu l’hystérectomie de l’utérus. La seule option pour elle d’espérer être maman était de chercher une mère porteuse. Malheuresement c’est encore interdit dans notre pays. Elle a du aller à l’étranger pour ce fait. Il y’a des cliniques qui ont des bases de mère porteuses en accord avec la législation du pays sur le sujet.

  • Daniella01 - 25/11/2017 Reply

    Selon moi, cette question ne doit être vue sous cet angle. Au lieu donc de se demander si la gestation pour autrui est un simple acte de philanthropie ou une vraie traite des enfants, il faut chercher ailleurs. Il est clair que le taux croissant de l’infertilité et le désespoir qu’il occasionne chez les couples concernés sont à l’origine de cette situation. Il ne faudrait donc blâmer toute suite ceux qui y recourent pour connaître la joie de la maternité et de la paternité encore moins les centres qui proposent de tels services. Même si la pratique de la GPA en augmentation que malgré les lois qui l’interdissent de nombreux pays le révèlent les statistiques du centre PMA Biotexcom, il existe d’autres alternatives moins complexes au plan juridique. Je pense notamment au don d’ovocytes suivi d’une fécondation in vitro. L’Ukraine ou encore l’Espagne sont des pays champions en la matière avec un nombre élevé de donneuses et des tarifs attractifs.

  • Armande - 25/11/2017 Reply

    C’est un constat amer que nous faisons tous malheureusement. Mais comment cela pourrait-il en être autrement ? Les couples frappés par l’infertilité sont de plus en plus nombreux et la situation pourrait être encore pire les années à venir. La GPA est par conséquent pour des millions de personnes en Europe et à travers le reste du monde, l’une des solutions de PMA pour connaître le bonheur d’être un jour mère ou père.
    Désolée que la pratique ne soit pas sans reproche au plan éthique. Les pays comme la France qui interdissent la gestation gagneraient plutôt à alléger leur législation afin de soulager les parents qui ont des enfants grâce à cette pratique. Pour les femmes comme moi qui désirent porter leur bébé dans le ventre, il existe des programmes de don d’ovocytes suivi de fécondation in vitro. Certaines cliniques en Espagne et en Ukraine offrent de telles prestations avec un niveau de qualité élevé;

  • Mélanie - 25/11/2017 Reply

    Pour moi, il n’y a rien à dire, la gestation pour autrui est une vraie honte pour toute l’humanité. Je suis entièrement d’accord avec les pays tels que la France qui l’interdissent encore aujourd’hui. Avec les progrès de la science comme le souligne l’auteur de cet article, on pourrait avoir des enfants sur-mesure. Ce qui est moi est une grave dérive. C’est vrai que je peux la peine de ces couples infertiles mais, il existe des solutions en dehors de cette pratique de PMA. Il suffit de les exploiter à fond car moins déshumanisantes.

  • monique - 25/11/2017 Reply

    une question qui me tracasse…ou allons ns??? commander un enfant comme si c’était un objet ,pas un être humain??!!…d ‘autant plus payé pour sa de l’argent…c immoral , maintenant je comprend pr quoi la loi francaise interdit sa …

  • Françoise - 25/11/2017 Reply

    Pourquoi s’étonner si fort??Nous sommes au XXI-ième siècle ou tout se vend,tout s’achète.Tout ,ça veut dire des enfants aussi ,même si c’est horrible!!

    De cet article j’ai compris que la GPA c’est actuellement une affaire profitable.Ces cliniques PMA se sont multipliées comme les champignons après la pluie.Ont-elles vraiment pour but d’aider les gens ou bien d’en profiter de leur désarroi ?Qui sait….

  • Valérie - 25/11/2017 Reply

    bah!!!merci pr cet article qui comporte plein d »info utile
    en fait j’ai été patiente à la clinique biotexcom mais je n’aurais jms pu imaginer qu’elle parraine un club de sport, c’est fascinant , je suis ss réplique ils méritent ts les éloges.
    ils ont résolu promptement mon prblm et grâce à eux mon rêve de devenir mère est devenu réalité!!!
    en ce qui concerne la gpa ça restera tjrs une dilemme ,un débat sans fin..c’est un caprice pour les stars riches d’une part et d’autre part c’est une aide précieuse aux couples infertiles…mais soyons réalistes :la médaille a tjrs 2 facettes….moi perso je suis pour la gpa et c’est incontestable!!!

  • Lucie - 26/11/2017 Reply

    Cet article nous renseigne bien que plusieurs pays ne conçoivent pas encore la gestation pour autrui. Mais avec la demande qui est de plus en plus élévé, beaucoup de pays commence à reconsider la question. On constate que certains pays ne l’autorise qu’aux nationaux. Cette mesure vise à réduire l’aspect buisness de la chose. Je condamne tout de même celle qui le font pour un but purement estéthique. C’est ça en fait qui rend la chose compliqué.

  • Sandrion - 26/11/2017 Reply

    Les gens oublient souvent que la gpa est d’abord une technique de pma. Donc une femme a recours à une mère porteuse lorsqu’elle a des problèmes et qu’elle ne peut pas porter d’enfant. Dans ce cas je ne voit pas où est le mal à emprunter un utérus. Sauf que c’est pas toujours évident d’en trouver. Dans les rares pays où on a légalisé la gpa, ça coûte extrèmement chère. Le seul pays où c’est un peu abordable c’est en Grèce et surtout en Ukraine. Je pense qu’il faut dédramatiser la chose, c’est une technique médicale avant tous.

  • Sylvie - 26/11/2017 Reply

    La gpa peut également être altruiste, c-a-d sans rémunération. Mais on voit mal une femme prèter son utérus gratuitement, sauf si c’est un cas familial. En tous c’est la politique que certains pays ont choisis adopter pour éviter le marchandage. Je trouve cette politique bonne mais la limite réside au niveau de l’indisponibilité des mères porteuses. Par contre il y’a des pays où les donneuses sont payées mais il y’a une sérieuse enquète de moralité la concernant, ainsi que les parents d’intention. L’essentiel c’est juste de contrôler si les raisons sont justifiées. Ce n’est que mon avis!

  • Lolichon - 26/11/2017 Reply

    C’est vrai, aux états unis par exemple la majorité des états autorise la gpa. Mais dans la plupart des cas, c’est la patiente qui cherche sa mère porteuse. C’est pas vraiment contrôlé et suivi à mon avis. Je préfère justement les pays comme l’Ukraine où les étrangers y ont accès. Là-bas les cliniques sont chargés du recrutement et du suivi médical des mères porteuse. Ça rend la tâche plus facile pour les parents d’intention et le suivi juridique est mieux respecté. Cela protège la tripartite qui est concerné par le processus.

  • 4chon - 26/11/2017 Reply

    Chaque pays possède sa propre législation en ce qui est de la GPA. Je conçois mal quand on emploi des termes tels,  »mère de substitution » pour désigner la mère porteuse. C’est pas de plein grée qu’une femme doit chercher recours à une mère porteuse. Je suis consciente du fait que certaines femmes, pour des soit disant raisons de disponibilité ou d’estétique refuse de porter un enfant. Je trouve ça débile, car elles oublient très souvent qu’elle même sont issues des entrailles.
    J’encourage les femmes qui ont recours à la gpa à la suite des problèmes gynécologiques. Le reste c’est fortement à décourager et même à punir.

  • nathalia - 26/11/2017 Reply

    Je trouve cela complètement anormal ! A mon sens c’est commercialiser des vies Humaines, les personnes qui ne peuvent avoir des enfants, ont toujours la possibilité de l’adoption. L’être humain n’est pas une marchandise.

  • hannah - 26/11/2017 Reply

    Je suis relativement nouvelle dans le monde des mères porteuses, mais j’ai déjà entendu beaucoup de bonnes choses à propos de la clinique BioTex. J’essaie de trouver une solution parfaite à mon problème d’infertilité grâce à l’option de la maternité de substitution à l’étranger. Fondamentalement, je recherchais des cliniques en Europe de l’Est et de nombreux résultats m’ont conduit à BioTexcom. J’ai lu des tonnes de bonnes critiques à ce sujet et pleins des histoires avec des fin heureuses grâce à leur ’équipe pro et maintenant je pense que je vais les contacter.

  • magicbébé - 27/11/2017 Reply

    C’est vrai que les taux de l’infertiliité augmente dans le monde entier, et c’est angoissant comme tendance. Je crains vraiment que dans l’avenir les enfants seront nés à partir d’un utérus artificiel ou qch comme ça.. Où va le monde?..

  • Anna - 27/11/2017 Reply

    Malgré que plusieurs personnes sont contre cette pratique, je ne suis pas d’accord avec eux. En fait, rein n’est plus douloureux que de voir des enfants courir et jouer alors que toi tu n’es pas capable d’en avoir même un seul. Pendant que d’autres femmes s’amusent à faire des curetages d’autres souffrent en silence car elle ne peuvent pas avoir un enfant. Ce n’est pas de la commercialisation comme ils pensent. Certaines sont prêtes à aider et je connais déjà une amie que sa propre sœur a porté l’enfant pour elle en Ukraine. C’est à partir de là qu’elle s’est décidée à aider d’autres couples. Le but n’est pas toujours lucratif malgré tout.

  • Susnne - 27/11/2017 Reply

    Personnellement je suis pour la GPA, parce que j’ai vécu le calvaire d’infertilité. Personne ne peut sentir la douleur, l’angoisse et la détresse qu’une femme stérile peut vivre. La maternité est un désir inné qui est en nous depuis toutes petites, comment faire alors si on est informé que jamais elle ne pourra devenir maman.C’est pourquoi on peut entendre des gens dire qu’ils sont prêts à tous donner juste pour vivre ces instants de paternité/maternité. Heureusement que la médecine est bien développée qu’aujourd’hui tout le monde a le droit au bonheur. Je suis pour cette technique tant c’est bien organisée et garde le droit de chacun des ces parties. Surtout avant de se lancer il faut bien penser à la mère porteuse et à son assurance. malgré l’aspect lucratif qu’on peut attribuer mais ceci reste un acte humain avant tout.

  • madameconnasse - 27/11/2017 Reply

    chui plutôt favorable à la gpa mais à condition que ce soit la gpa éthique et pas un business lucratif! la mère porteuse doit, elle, être dédommagée, c’est sûr mais pas être rémunérée pour avoir renoncé à son bébé!! je suppose qu’aux usa par ex la gpa est plus probable d’être éthique qu’ailleurs vu la qualité de vie plus élvevée qu’en ukraine ou en inde. mais de l’autre côté les ricains chehrchebt tjrs à gagnet davantage donc chui pas sûre moi..

  • Michelle - 27/11/2017 Reply

    Dommage que ce n’est pas faisable dans certains pays que nous sommes obligés à prendre le risque à l’étranger pour y arriver à soulager nos cœur. C’est déjà assez compliqué pour les femmes qui souffrent de ce problème et rajoutons à ça qu’elle n’ont pas la possibilité de trouver une solution à leurs problèmes chez eux. Raison pour laquelle, nous voyons plusieurs personnes qui sont dans l’obligation de partir à l’étranger pour ce genre de technique. C’est super qu’il existe déjà des destinations sure à visiter où c’est méticuleusement qu’organiser. Il faut surtout penser à la légalisation du retour des parents avec l’enfant chez sois. C’est vrai que dans certains pays la GPA coûte une fortune, des sommes choquantes que les couples versent juste pour avoir un enfant. Je dis heureusement que d’autres pays comme l’Ukraine offre des prix abordables et moins chers. Voilà ce qui est rassurant, toutes les femmes peuvent vivre ces magnifiques sensations de maternité.

  • Amamy - 27/11/2017 Reply

    C’est vrai que le taux d’infertilité ne cesse pas d’augmenter depuis quelques années. Les statistiques sont choquantes, un sacré problème qui s’est élargie horriblement. Ceci est dû a plusieurs facteurs tels que: les mariages à un âge relativement avancé ou le mode de vie malsains qu’on mène… Pour y remédier les couples ne trouvent que la PMA comme solution pour concevoir un enfant. Certains cas sont plus durs que d’autres comme par exemple ceux qui cherchent la GPA. Je ne peux que soutenir cette méthode de reproduction humaine tant que s’est toujours dans le cadre médicale, si la femme est vraiment incapable de porter son enfant elle même. Mais, je ne suis pas du tout pour que la classe riche profite des mères donneuses juste parce que Mme veut un enfant mais elle ne veut pas que son corps change. Ou encore, parce qu’ils sont un couple homo mais il veule leur droit parental. S’il y a un centre que je respecte c’est celui où on impose aux couples qu’ils soient mariés c’est celui de biotexcom que vous avez mentionné. Ils imposent des conditions avant d’être accepter pour la GPA et ce qui redonne l’espoir que les gens finiront bien par accepter cette méthode de reproduction humaine.

  • BarbieEnColère - 27/11/2017 Reply

    Je comprends pas pourquoi on s’oppose tellement à la pratique en question. Pour notre couple c’est la gpa qui est devenue notre seule solution vu que ni la fiv ni la fv do n’ont pas fonctionné. C’est en Ukraine que notre petit garçon est né d’une mère porteuse et je lui serai tjrs reconnaissante pour ce beau geste. Je sais qu’elle a été rémunérée et je n’y trouve rien de condamnable, car elle a fait un travail aussi cynique que ça raisonne du coup elle en a le droit!

  • Michalle - 27/11/2017 Reply

    Je n’aime pas le mot utilisé pour décrire la procédure de GPA: le marché. Les couples qui sont en mal de procréer un enfant n’ayant aucune solution d’autres que cette technique sont prêts à tous juste pour devenir maman/papa… Cette procédure est un défit que ces couples lèvent, prendre le risque de visiter des pays où ils ne sont jamais partis et encore plus à verser des sommes étonnantes.
    Si les autres pensent que c’est facile et bien ils se trompent lourdement. Il faut vivre leurs galère pour bien comprendre leurs décisions d’aller vers la GPA. C’est un sujet d’un grand débat que plusieurs personnes s’acharnent contre cette pratique sans vouloir comprendre ce besoin. Il ne faut pas qu’ils oublient que l’interdiction mène à la marchandisation comme ce que certains centre de reproduction humaine ont compris. C’est une chance qu’il y a des cliniques où les différentes méthodes de PMA se déroulent dans les règles d’art et qu’ils se sont limités à aider ceux qui sont en faute d’autres solutions et non pas pour d’autres raisons.

  • Céline - 27/11/2017 Reply

    J’avais regardé plusieurs vidéo où ils parlent de la gestation pour autrui. Des vidéos qui concernent la gestation pour autrui en Amérique étaient choquant pour mois. Des millions de dollars que les gens payent pour avoir un enfant. Tout le monde peut avoir un enfant, étant homo ou célibataire il faut juste payer. Un but purement lucratif et les agences gagnent beaucoup d’argent à cause de ça. Et c’est de la pure marchandise, quand j’ai regardé cette vidéo j’ai eu l’impression qu’avoir un enfant est très facile tant qu’on a assez de fric et on est assez riche. Alors, qu’est ce que les parents vont s’ils n’ont pas ces moyens pour se procurer de la joie. La nature est: l’enfant est née d’une maman et d’un papa. Comment un couple homo peut avoir la faveur d’avoir un enfant, c’est contre la nature et contre toutes les éthiques, c’est illogique en fait. Je suis de tout cœur avec les couples qui vivent cette amertume de pouvoir concevoir un enfant.

  • Mélanie - 27/11/2017 Reply

    Quelles que soient les raisons que peuvent évoquer par les partisans de la gestation pour autrui, je pense moi que cette pratique est à proscrire. Ce commerce honteux doit simplement disparaître de nos sociétés. Et c’est bien que certains pays continuent d’interdire la GPA.

  • Juliane - 27/11/2017 Reply

    Je suis d’accord avec cette résolution du parlement européen. Moi, je ne peux admettre que le corps d’une femme soit utilisé comme de fonds de commerce. C’est vraiment humiliant cette pratique de la gestation pour autrui.

  • Esther - 27/11/2017 Reply

    Après avoir lu cet article, je me demande où va ce monde ? Concevoir des enfants au laboratoire c’est vraiment une erreur grave à stopper par des lois encore plus strictes comme le font certains pays actuellement.

  • Miss Totti - 27/11/2017 Reply

    Comme on dit, si on bâtissait la maison du bonheur, la plus grande pièce en serait la salle d’attente. Personnellement j’ai souffert d’infertilité durant 10 ans. La patience n’est pas facile mais me voilà aujourd’hui comblée avec la naissance de ma fille grâce à la GPA. Le parcours n’est pas facile et l’opportunité que j’ai eu je l’avait cherché depuis très longtemps. Heureusement que l’Ukraine a représenté la porte de sortie de ma détresse. Je suis pour à 1000% la GPA et je ne peux en aucun cas juger les personnes qui ont recours à ça. Faute d’autres solutions, nous n’avons que la GPA pour remédier au dysfonctionnement de nos organes. Qui ne voudra pas d’un enfant pour remplir sa vie et le voir grandir devant lui? C’est vrai que c’est cher mais au moins on sente que nous avons versé toute nos épargnes sur quelque chose qui en veut bien le coût. Heureusement qu’il y a des pays qui ne demande pas un trésor pour avoir accès à la GPA comme là où je suis partie.

  • Aurore O - 27/11/2017 Reply

    Pour moi, la gestation pour autrui est autre chose qu’un simple commerce d’enfants. Pour des personnes qui ne peuvent enfanter pour des raisons médicales, c’est une option qu’on peut accepter. Et une clinique spécialisée en PMA qui conduit le plus programmes en la matière selon cet article apporte donc un peu de joie aux couples infertiles désespérés.

  • Laure - 27/11/2017 Reply

    un sujet intéressant et c’est la source de la polémique partout dans le monde.!!
    on est bien d’accord que certaines agences profite de la détresse et de l’angoisse des couples infertiles pour leurs soustraire le maximum d’argents mais imaginez un peu votre vie sans des enfants? elle ressemblera à quoi au juste, des regards de pitié à en jamais finir. je ne suis pas totalement contre cette idée mais je dois préciser que c’est illogique que ça soit incontrôlable.
    des agences qui n’ont aucun autre soucis appart les millions d’euros qu’ils peuvent gagner sans se soucier d’assure la mère porteuse et aussi les futurs parents. cette pratique peut être bien légale si on trouve seulement un terrain d’entente. ce terrain sera fondé sur des bonnes bases: des lois à ne pas en freiner et des procédures préalablement préparées méticuleusement. De cette manière nous ne serons pas obligées de quitter chez nous pour chercher désespéramment des alternatives.

  • twilight - 27/11/2017 Reply

    Comment peut-on être si méchant? La maternité de substitution était ma seule chance d’avoir des enfants. J’avais un cancer de l’utérus. Ce n’était pas ma faute, vous ne pouvez pas contrôler une telle maladie. C’était si difficile de trouver une bonne clinique. Il y a tellement d’agences qui donnent des faux espoirs et d’escrocs. Grâce à notre amie nous avons trouvé un centre PMA en Europe de l’est. Maintenant j’ai ma fille et je suis très reconnaissante.

  • adeline - 27/11/2017 Reply

    La maternité de substitution est la plus belle chose qu’une femme puisse faire pour une autre.

  • Linda - 28/11/2017 Reply

    C’est fou à quel point la médecine est aussi développée aujourd’hui qu’on pourra même choisir le sexe de l’enfant. Bon je défendrai la PMA tant que c’est dans les limites de conception d’enfants pour des couples qui sont dans le besoin. Mais je ne suis pas du tout d’accord que les parents aillent encore plus loin, avoir recours à la PMA parce qu’ils veulent un garçon/fille alors qu’ils ont la possibilité d’avoir un bébé naturellement.
    Je peut être d’accord si les parent vont à la PMA parce que l’enfant risque d’avoir une maladie héréditaire, et ils veulent examiner l’embryon avant son implantation.

  • Wallace - 28/11/2017 Reply

    C’est une solution qu’on peut simplement encadrer, nous sommes conscients des risques de marchandisation du corps féminin, un certain nombre de promoteurs de la GPA, eux, soutiennent que l’on peut l’autoriser en interdisant toute rémunération de la mère comme le font certains pays. Ainsi les auteurs d’un rapport du groupe de réflexion français dont je ne me rappelle plus bien précisent que, « à leur connaissance, la plupart des pays étrangers où la GPA est ainsi légalisée ne révèle aucune dérive mercantile. » On garderait ainsi l’altruisme du geste, en éliminant ses dérives,

  • hélène - 28/11/2017 Reply

    Je pense que nous ne devrions même pas en débattre quand il y a des femmes qui veulent devenir des mères porteuses, elles signent des contrats et l’entente avant le traitement et ce n’est pas comme si elles étaient forcées de le faire. Ce sont des êtres humains libres et elles font tout ce qu’elles veulent et si elles désirent obtenir cet argent pour être des substituts, elles devraient être en mesure de les obtenir. De Plus, je pense que si la clinique et l’équipe spécialisée traitent bien la gestatrice, il n’y a pas de problème. Dans la clinique biotexcom en Ukraine, il y avait beaucoup de mères porteuses, habituellement elles sont assises dans la salle spéciale et toutes sont des femmes saines et heureuses qui veulent juste aider les autres.

  • amina - 28/11/2017 Reply

    faut pas condamner une pratique qui, si elle est très soigneusement encadrée, peut permettre à nombre de couples infertiles d’être parents. L’adoption et la PMA fécondation in vitro, dons de gamètes, et d’ovocytes ont déjà rendu la joie et la stabilité à des milliers de couples qui souffrent d’infertilité. pour ceux dont la femme ne peut porter d’enfants, cela leur permettrait de réaliser leur rêve.

  • Moi..Lolita - 29/11/2017 Reply

    Si ces cliniques de fertilité achètent des clubs sportifs c’est qu’ils ont vraiment de gros argent! Du coup, tout démontre que la pma est devenu un business imoprtant et il ne s’agit pas d »aider les gens en mal d’enfants mais de gagner davantage sur leur désepoir ce qui pour moi est inadmissible.

  • Vivi - 29/11/2017 Reply

    Et oui vous avez bien raison, si on a pas l’opportunité d’avoir accès à un service pareil, nous sommes prêts à aller loin de chez nous. C’est un problème très répondu dans toutes les sociétés et le taux de couples infertiles n’arrête pas de s’élargir. Donc si chez sois nous ne pouvons pas concevoir l’enfant, nous n’avons que le choix de chercher ailleurs. Les pays qui autorisent la GPA sont nombreux si on a les moyens de se payer un tel service. C’est juste il faut joindre l’utile à l’agréable, trouver un centre où c’est bien réputé et là où ça ne coûte pas aussi cher comme en Amérique. D’ailleurs, même les américains sont entrain de bénéficier des services pareils mais non pas chez eux. Ils sont à leurs tours dans l’obligation de quitter chez eux pour trouver un centre de reproduction humaine. La raison est très simple: les prix proposés chez eux sont extrêmement chers, du coût isl préfèrent se trouver une autre destination. En tout cas c’est ce que j’ai remarqué quand j’étais en Ukraine.

  • Diane - 29/11/2017 Reply

    Un sujet intéressant et c’est la source de la polémique partout dans le monde. On est bien d’accord que certaines agences profite de la détresse et de l’angoisse des couples infertiles pour leurs soustraire le maximum d’argents. Mais imaginez un peu votre vie sans des enfants? Elle ressemblera à quoi au juste, des regards de pitié à en jamais finir. Je ne suis pas totalement contre cette idée mais je dois préciser que c’est illogique que ça soit incontrôlable. Des agences qui n’ont aucun autre soucis appart les millions d’euros qu’ils peuvent gagner sans se soucier d’assure la mère porteuse et aussi les futurs parents. Cette pratique peut être bien légale si on trouve seulement un terrain d’entente. Ce terrain sera fondé sur des bonnes bases: des lois à ne pas en freiner et des procédures préalablement préparées méticuleusement. De cette manière nous ne serons pas obligées de quitter chez nous pour chercher désespéramment des alternatives.

  • Aurore O - 29/11/2017 Reply

    On voit que le sujet de la gestation pour autrui est assez délicat. D’un côté, on peut que c’est immoral de mettre son ventre à la disposition d’autres personnes pour donner la vie à un bébé et en plus contre de l’argent. Mais quand on considère la détresse de ces milliers de couples réellement infertiles qui pour lesquels il n’est possible d’avoir un enfant par les solutions médicales qui existent, on peut réfléchir autrement. Moi, je crois qu’il ne faut pas systématiquement blâmer cette pratique. Tout dépend de la situation médicale de ceux qui veulent y recourir.

  • Danielle - 29/11/2017 Reply

    Pour moi qui ai eu recours à la gestation pour autrui pour connaître la joie d’être mère, je ne pourrai pas dire que cette solution médicale soit une traite des enfants. Elle a donné un vrai à ma vie après que je sois déclarée infertile et incapable de concevoir. Pour prendre position sur ce sujet, il faut étudier tous ses contours.

  • Djemaar - 29/11/2017 Reply

    Voilà encore une nouvelle forme d’exploitation des riches par les pauvres, en encourageant le recours à ce mode de procréation, la France ne peut que susciter la mise en place de nouvelles filières commerciales, d’aliénation du corps des plus pauvres par les plus riches. Peut-on appeler cela un progrès social ? Ce ne sont pas les femmes ministres qui porteront un enfant pour le compte d’autrui, mais les femmes pauvres qui pendant neuf mois seront nourries, habillées et soignées. Ce nouvel esclavage n’est pas digne de la France. Il existe d’autres moyens pour aider ces femmes ! »

  • bellachica - 30/11/2017 Reply

    uff, j’ai du mal à croire au fait que le nombre des personnes infertiles est aussi grand que ça! et en plus j’arrive pas à en saisir la cause. est-ce l’environment malsain, le mode de vie impropre ou juste la mauvaise hérédité?.. pour mioo l’impossibilité d’avoir un enfant est une espèce de malediction et je m’imagine diffcilement comment serait ma vie sans mes bouts de choux, et si je ne pourrais les avoir je crois qu’après des hésitations j’aurais choisi la gpa quoi qu’on en dise. c’est vrai que si qn n’était jamais dans votre peau il n’a aucun droit de vous juger.

  • Solange - 30/11/2017 Reply

    Sur cette question, je dirai que chacun de nous a son opinion. Mais moi, je retiens que la pratique de la gestation pour autrui est simplement inhumaine. Et ce qui nous réserve l’avenir est encore plus effrayant.

  • Martine - 30/11/2017 Reply

    Pour donner son avis sur une question aussi sensible comme la gestation pour autrui, il faut prendre en compte tous les aspects de cette technique de PMA. Ceux qui recourent n’ont pas toujours le choix. Il existe des problèmes pour lesquels il est possible pour une femme de concevoir. Et dans ce cas, la GPA est une vraie solution.

  • Allan - 30/11/2017 Reply

    Moi je vois en celà un geste altruiste et cessons de voir le mal partout la GPA n’est-elle pas une oeuvre altruiste et généreuse ?
    Avec l’ouverture sur le monde et les progrès de la biologie, pourquoi mettrait-on des interdits sur ce qui peut être une solution pour tous ceux qui souffrent d’être privés d’enfant ?

  • RobertNestor - 30/11/2017 Reply

    J’éprouve un certain dégoût à devoir argumenter pour dire pourquoi il est indigne de demander à une femme de mettre son ventre à la disposition d’autrui.. Quant à l’appellation « GPA », ces trois lettres constituent une mystification et maquillent une forme inédite de servitude et d’abaissement des femmes, et tutoyer le créateur suprême, je suis absolument opposée à toute forme de reproduction autre que celle dont la nature nous a pourvu, d’aucuns me trouveront égoistes mais, c’est pas du tout normal ce genr d’attitude à vouloir toujours contester la nature

  • Me_Deschamps - 30/11/2017 Reply

    Dans une GPA, les deux partis sont liés par un contrat où l’un va donner quelque chose à l’autre contre frais ou dédommagements. Or, ce quelque chose, objet du contrat, est un enfant. Selon le droit civil, il n’y a que les choses qui sont dans le commerce qui puissent être l’objet de conventions. L’enfant est donc considéré comme dans le commerce, autrement dit comme une marchandise. La femme, quant à elle, est utilisée par le ou les mandataires comme une machine permettant le développement d’un fœtus, c’est-à-dire comme un incubateur ». mais bon si seulement on pouvait déterminer celles qui le font proprement sans arrières pensées ce serait acceptable, des pays justement cmme l’Ukraine ont pu y parvenir et c’est pltôt bien comparé aux pays comme les USA

  • fleur de lys - 30/11/2017 Reply

    Honnêtement, je ne comprends pas pourquoi les gens dénoncent une telle pratique et la considèrent comme un acte immoral et dangereux. Je ne vois ou est le mal dans le fait d’aider un couple à avoir un enfant quand il est incapable de le faire tout seul. Si c’est une maternité de substitution gestationnelle, alors l’enfant n’est même pas génétiquement lié à la mère porteuse.

    Tous ceux qui laissent des commentaires haineux peuvent probablement avoir des enfants tout seuls. Imagine que tu ne peux pas le faire… Je pouvais voir à quel point les couples stériles voulaient des enfants et ils auraient été de bons parents car j’en fais partie. La seule mauvaise chose à ce sujet est que beaucoup de femmes qui sont impliquées le font pour les mauvaises raisons : l’Argent. Je suis reconnaissante à la clinique biotexcom et à la mère porteuse qui nous a aidé et a fait preuve de générosité et de solidarité jamais vus. Un acte humanitaire de sa part qui mérite bien le respect.

  • Mélanie - 01/12/2017 Reply

    On voit bien que les multinationales comme Microsoft, Google sont consients que les problèmes d’infertilité sont actuels et diffusent très vite, ces sociétés sont en avance grâce à leur capacité de prévoir et remarquer les tendances et si on veut que notre socité évolue aussi nous devons suivre cet exemple de remarquer les problèmes actuels parce qu’ils ne dispareraient pas dans quelque jours, ça sont des problèmes globaux et la France doit absolument trouver des compromis pour aider à ceux qui souffrent de ce fléau

  • Huguette - 01/12/2017 Reply

    C’est un peu exagéré pour moi de réduire la gestation pour autrui à un simple commerce juteux comme veut le faire croire cet article. A l’origine, il faut savoir que cette pratique est avant une solution médicale pour les couples ne pouvant pas enfanter de façon naturelle. Et c’est vrai qu’on assiste à des déviations mais la GPA peut apporter de la joie au sein de nombreuses familles. Maintenant, il faut espérer que des efforts soient faits au niveau étatique dans les différents pays pour alléger les lois. Les pays comme l’Ukraine avec une clinique comme ‘Biotexcom’ sont un parfait exemple des programmes réussis de PMA avec des prix attractifs. Pourquoi alors ne pas penser à mieux encadrer la gestation pour autrui ? Il faut le reconnaître, l’infertilité est un mal qui progresse à un rythme effréné.

  • Joseph - 01/12/2017 Reply

    C’est du péché de créer une nouvelle vie si le Dieu ne le veut pas ! Une pure ingérence dans le processus sacré !

  • Adèle - 01/12/2017 Reply

    Moi, je suis contre la gestation pour autrui quelles que soient que les personnes qui y ont recours peuvent évoquer. Disons qu’il existe d’autres alternatives à cette pratique honteuse qui s’apparente à un commerce de bébés comme tente de le souligner cet article. Aucun motif n’est donc valable à mon sens pour justifier cette méthode.

  • Christiane - 01/12/2017 Reply

    Quand on n’a pas de problème pour concevoir naturellement un bébé, on peut voir en la gestation pour autrui est un commerce voir une traite des enfants. Cependant, une personne qui souffre de soucis d’infertilité graves comme moi ne peut condamner cette pratique… s’il y a des choses à redire. Il faut simplement retenir que la GPA peut être une source d’espoir pour des millions de couples ne pouvant pas avoir d’enfants et qui ne souhaitent pas non passer par la procédure d’adoption pour être parents.

  • Aude - 01/12/2017 Reply

    Pourquoi fermer les yeux sur un phénomène qui prend chaque jour des propositions plus inquiétantes ? La gestation pour autrui est une pratique qui a vraiment l’air d’un commerce de bébés selon moi. Malgré des lois souvent strictes dans certains pays dont la France, les risques de déviation sont bien réels. Les gouvernants doivent bien garder l’œil sur la GPA afin d’éviter que des cliniques fassent de la détresse des couples infertiles un business juteux.

  • Christelle - 01/12/2017 Reply

    Vraiment dommage que certains centres spécialisés en PMA aient trouvé comme moyen de s’enrichir la gestation pour autrui. Cette pratique pour moi est déshumanise et je peux ressentir l’amertume de ces milliers de femme qui prêtent leur ventre à d’autres. Pourquoi se compliquer la vie quand on sait que des alternatives existent bel et bien quand on souffre d’infertilité. C’est une voie acceptée par les lois françaises.

  • Marie Paule - 01/12/2017 Reply

    Que voulez-vous ? Ce monde court à sa perte et les dérives que nous constatons en matière de gestation pour autrui sont bien là pour nous le prouver. Pour moi, le mot traite des enfants n’est pas assez fort. Je dirai plutôt que la GPA est une abomination.

  • emilienne - 02/12/2017 Reply

    C’est vraiment très bien que la GPA n’est pas autorisée en France!
    Évidemment ça dépend de quel point de vue on se place, moi je peux concevoir donc je ne me sens particulièrement concernée. En me renseignant j’ai vu qu’en fait la maternité de substitution était considéré comme un abandon d’enfant de la part de la mère porteuse, moi je pense que ceux qui en font un problème peuvent faire recours aux moyens plus humains et étiques!

  • obama - 02/12/2017 Reply

    Je suis pas trop contre, en principe, mais je comprend que personne ne veut faire une GPA juste pour le fun… faut peut-être faire l’effort de comprendre pourquoi tant de gens y pensent… faut tjrs voir le problème plus loin que notre nez, la médecine et son évolution l’est pour le bonheur de l’homme, il suffit juste de bien encadrer, si des gens payent des milliers d’euros par GPA pour avoir un enfant, nous devons comprendre que ces gens souffrent dans leur chair de leur incapacité de pouvoir avoir un enfant dans leur vie! J’espère vraiment que la France bougera sur sa législation, car bcp d’couples ici se ruent vers l’Ukraine pour y passer un programme de GPA

  • nathaliecoco - 02/12/2017 Reply

    Tout le monde a droit au bonheur, je pense que c’est assez égoiste de jeter l’opprobre sur ces femmes infertiles comme si c’était une honte de ne pas pouvoir concevoir, ça peut arriver à tout le monde et je crois que les évolutions de la médecine sont là pour aider ce genre de personnes, la franc devrait plutot copier l’exemple des pays comme l’ukraine et un peu la Belgique si je ne me trompe qui ont compris celà, et offrent cette possibilité à des couples en détresse d’être des personnes heureuses et respectables dans la socitété et dans leur foyer

  • nathaliecoco - 03/12/2017 Reply

    Moi ce qui me marque dans cet article est le paragraphe suivant:
    « Il existe une énorme demande pour le programme de la GPA dans le monde entier » – affirme l’un des experts internationaux.
    Plus de 160 millions d’Européens nécessitent cette procédure et ils sont prêts à s’y lancer, mais ils n’y ont pas l’accès dans leur pays. Si les gens n’arrivent pas à obtenir ce service chez eux, en Inde ou en Thaïlande, ils trouveront un autre endroit ! ça voudrait simplement dire que le mal est profond et les gens souffrent dans leur âme du fait de ne pouvoir avoir d’enfants, je me demande pourquoi on peut bien offrir de son sang pour sauver une vie, ou encore donner un de ses reins à son prochain pour l’aider à vivre mais certaines personnes trouvent que porter un enfant au profil d’un couple qui en est incapable est un crime, arrêtons l’hypocrisie svp

  • nickydu75 - 04/12/2017 Reply

    c’est une folie que de vouloir accepter de tel pratik, on dit bien dan cet aricle que les état uni ont fai de la gpa une véritabl industri, je suis sidérée de voir tou les noms de stars qui ont bénéficié de la gpa pour avoir des enfants, juste parce que ils mettent de l’argent devant comme nicol kidman, c’est fou qu’une femme qui peut accoucher normalemt paye pour une mère porteuse pour porter son bb, il y a pas que l’argent dans la vie, porter et accoucher son enfant est une grace divin, je crois que on doit condamné ceux qui font ça

  • nayanka - 04/12/2017 Reply

    Je souffre d’une malformation de l’utérus : quand le diagnostic tombe comme un couperet, la souffrance est là et les solutions infimes. Renoncer à la maternité est douloureux, il n’est pas question de faire en plus le deuil de la parentalité…
    Peut devenir la GPA une solution pour moi?

  • diams - 04/12/2017 Reply

    braver la loi ne se décide pas à la légère. La plupart du temps, les candidats comme nous à la gestation pour autrui ont également entamé des démarches pour l’adoption qui s’avèrent longues, onéreuses, avec un taux de réussite très aléatoire. c’est le cas pour moi qui après 5 ans de démarches infructueuses, nous avons fini par opter pour la GPA, Il existe des solutions pour l’infertilité, pas pour des problèmes d’utérus, c’est injuste non moi je me considère comme interdite d’enfant, heureusement que la GPA nous donne la possibilité d’y croire, vivement que notre pays nous fasse voir enfin nos rêves aboutir

  • aliceaupaysdesmerveilles - 05/12/2017 Reply

    Je milite pour que la gpa soit encadrée et légalisée!
    je connais des couples qui vivent un grand bonheur aujourd’hui grace à la gpa, dire qu’ils l’ont cherché pendant de longues années, c’est vrai qu’ils disent que ce n’était pas facile toute les tracasseries endurées, beaucoup de tâches leur ont été facilitées pour ce qui de l’aspect administratif des documents de l’enfant dans le pays où ils l’ont fait, ils sont revenus à Lyon avec l’acte de naissance de l’enfant, et la transcription sur les registres français s’est faite facilement,

  • mathis - 06/12/2017 Reply

    On a centré les discussions sur la légitimité des couples infertiles -femmes sans utérus ou avec un utérus non fonctionnel- . C’est un mauvais débat.
    Bien évidemment, la demande de ces couples en souffrance est légitime. Ils ont tout-à- fait le droit de demander des solutions…!
    Le problème, c’est le moyen utilisé. On parle de prêt d’utérus. Or, cet utérus ne peut pas se désolidariser du reste du corps. Il s’agit donc ici d’un prêt de femme, pendant un an de sa vie, entre les 9 mois de gestation et les suites des couches. Cela pose un problème qui mérite que l’on centre le débat sur ces femmes porteuses et sur ce don.
    J’ai été choquée par la manière dont on considère celui-ci : comme si c’était normal et anodin. Je trouve que l’on banalise complètement le don des mères porteuses.

  • moresmoaline - 06/12/2017 Reply

    Il faut se poser la question de l’instrumentalisation du corps de ces femmes. Forcément, il y a des gens qui vont être intéressés par ce ledit traitement.L’activité d’une mère porteuse c’est un don qui n’a pas de prix. Je suis reconnaissante aux gens équipe de biotexcom car ils donnent de l’espoir!

  • cumbia - 06/12/2017 Reply

    Ce qui semble échapper à certaines personnes est qu’on oublie les cas où la mère d’intention peut être âgée et en incapacité de pouvoir procréer, ou alors un autre cas de figure plus grance où la mère d’intention présente une maladie héréditaire qu’elle peut transmettre au futur enfant, dans ces cas la solution reste à coup sûr la gestation pour autrui, donc ce n’est pas toujours à des fins mercantiles, soyons tolérants e compréhensifs à l’endroit de ceux là qui souffrent!

  • Yannick - 07/12/2017 Reply

    Moi je pense que l’alternative dans les pays fermés à la GPA, c’est l’adoption faute de ne pouvoir aller à l’étranger. Or, celle-ci est très compliquée et coûte très cher. Pourquoi ne pas prévoir des parcours privilégiés et engager une réflexion sur l’adoption ? On pourrait envisager des aides à la prise en charge financière des démarches. Cela résoudrait peut-être les choses de façon satisfaisante. Car ce que souhaitent ces couples, c’est avoir un enfant.
    Quant au débat sur les mères porteuses à la GPA, je pense que les députés devraient en débattre efficacement, car à mon avis d’autres parts, tout ce qui concourt à donner la vie doit être protégé, nul n’a le droit de priver l’autre du bonheur

  • KAARISMATIK - 18/12/2017 Reply

    A mon sens il faut très rapidement évacuer la philanthropie des techniques GPA. Ce traitement est un service et qui n’as pas honte à être rémunéré. Traite des enfants non plus. Ils ne sont pas arrachés à leurs parents tout au contraire et il n’y a pas vente de personne mais location de l’habitacle maternel. Une fois l’on voit bien que l’éthique n’est pas bafouée. C’est une aide pour les familles dans le besoin. L’argent ici est un facilitateur et non l’objectif. Je pense qu’il faut garder à l’esprit que la GPA résous et ne cause pas un problème.

Laisser un commentaire

Please complete required fields