Faouzi Lamdaoui, un proche de Hollande promu chez Veolia

Publié 11/02/2018 en Politique

Faouzi Lamdaoui, un proche de Hollande promu chez Veolia
Faouzi Lamdaoui, en octobre 2015 au palais de justice de Paris.

Nomination

L’ancien conseiller à l’égalité et à la diversité de l’ex-chef de l’Etat devient directeur des relations institutionnelles de la multinationale, habituée à recaser politiques et hauts fonctionnaires de tous bords.

Le numéro 1 de la distribution de l’eau en France, Veolia, ne dément pas sa tradition d’hospitalité pour les serviteurs de la République. Un membre du premier cercle de François Hollande vient de décrocher une jolie promotion dans le groupe de service aux collectivités locales. L’hebdomadaire Jeune Afrique révèle que Faouzi Lamdaoui, qui fût le conseiller pour l’égalité et la diversité de François Hollande, à l’Elysée, de 2012 à 2014, a été nommé directeur des relations institutionnelles de Veolia. Ce proche de l’ancien chef de l’Etat avait quitté ses fonctions après des poursuites judiciaires pour abus de bien sociaux. Le parquet souhaitait notamment obtenir des éclaircissements sur d’importantes sommes d’argent qu’il avait perçues de la part de deux sociétés commerciales. Faouzi Lamdaoui a néanmoins bénéficié d’une relaxe de la cour d’appel de Paris début janvier. Sa promotion est visiblement intervenue juste après cette décision en sa faveur.

Ce n’est pas la seule embauche récente dans le vivier de la République. D’autres profils «moins sensibles» ont fait récemment leur arrivée chez Veolia. Jean-Baptiste Carpentier, ancien directeur de la cellule de lutte contre le blanchiment Tracfin et ex-responsable de l’intelligence économique à Bercy, est depuis le mois de janvier directeur de la conformité pour l’ensemble du groupe, qui emploie 160 000 personnes dans 70 pays.

Carnet d’adresses

Directement rattaché au PDG Antoine Frérot, il a pour mission de mettre en place des garde-fous afin qu’en France, mais aussi à travers le monde, les dirigeants des multiples filiales ne franchissent pas la ligne jaune en matière de corruption, de respect de l’environnement ou de droits humains. Les mises en cause récentes de poids lourds français ou européens comme BNP-Paribas, Alstom, Airbus ou encore Lafarge, montrent qu’il y a du boulot en la matière. Veolia est d’ailleurs dans le collimateur du parquet national financier concernant un contrat de traitement des eaux à Marseille.

Dans un autre registre, Aurélie Lapudus, une inspectrice générale des finances, qui était en charge du secrétariat général des affaires européennes à Matignon du temps de Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, est maintenant directrice de cabinet d’Antoine Frérot.

En négociation permanente avec des élus et des représentants de gouvernements en France comme dans le monde, Veolia a un double intérêt à ce type de recrutement. Il bénéficie ainsi du carnet d’adresses d’élus et de hauts fonctionnaires qui rejoignent ses rangs, tout en soignant ses relations avec le pouvoir exécutif et législatif, auquel il ouvre ses portes durant les périodes d’alternance.

ParFranck Bouaziz

Print article

Laisser un commentaire

Please complete required fields