«Ça commence par moi», la transition écologique à petits pas

Publié 08/10/2018 en Planète

«Ça commence par moi», la transition écologique à petits pas

Le fil vert

La déclinaison sur papier du blog de Julien Vidal est une ode encourageante aux «petits pas» citoyens.

Tous les jours, retrouvez le fil vert, le rendez-vous environnement de  Libération. Le lundi : une recommandation (livres, conférences, films, podcasts, etc.) de la rédaction.

Lors de sa démission fin août, l’ex-ministre Nicolas Hulot regrettait la politique des «petits pas» du gouvernement Philippe sur la transition écologique. Cédric Vidal, 31 ans, a décidé lui d’en faire son quotidien. Sur son site Ça commence par moi, il a égrainé chaque jour pendant une année de nouvelles actions entreprises pour «participer à la construction d’un monde meilleur». Fort de son succès (plus de 400 000 visites sur le site), le Français raconte son expérience dans l’ouvrage homonyme publié le 6 septembre aux éditions du Seuil.

Du simple «rester moins de trois minutes sous la douche», au plus complexe «fabriquer ses produits d’entretien», en passant par «dire stop aux pailles en plastique», «placer son argent dans une banque éthique» et «participer au budget participatif de sa ville», Cédric Vidal compile dans un récit à la première personne sa quête de changement pour devenir un écocitoyen exemplaire. 

 

Malgré certaines longueurs, l’ouvrage a l’originalité (parmi la multitude de livres sur l’écologie qui sort tous les mois) de plonger avec honnêteté dans la tête d’un individu en pleine transition. Cédric Vidal relate ses réussites comme ses contradictions de vivre dans une société de consommation tout en voulant réduire son empreinte environnementale. Et illustre avec pertinence comme toutes ces «transformactions» font partie d’un tout, l’une entraînant l’autre, et perdent leur sens si elles sont séparées d’une réflexion globale. Plus pratique, on trouve à la fin de chaque chapitre, une liste d’actions à entreprendre, où piocher des idées de lectures et d’initiatives singulières.

En bilan, l’auteur évalue : «J’ai un impact sur l’environnement 4 à 5 fois moindre que celui d’un autre Français. […] Pour l’eau, je consomme six fois moins.» Surtout, le trentenaire rend compte de la même conclusion que les grands tenants du mode de vie zéro déchet, Jérémie Pichon, Bénédicte Moret (La famille presque zéro déchet) et Béa Johnson (Zéro déchet) : leur changement de vie les a rendus plus heureux. «Débuter par des petits gestes est nécessaire et il faut bien tirer le premier fil du changement quelque part, revendique Cédric Vidal, à la fin du livre. Au bout d’un moment, vous serez entraînés dans un effet boule de neige et votre cohérence individuelle vous mènera à avoir un effet considérable sur votre entourage, dans votre entreprise et même dans votre ville et votre pays.» 

A lire aussiChangement climatique : «Les autres combats n’ont aucun sens si celui-là est perdu»

ParAude Massiot

Print article

Laisser un commentaire

Please complete required fields