School Daze, Giant Sand, M.I.L.K… la playlist du cahier musique de Libé

Published 28/09/2019 in Musique

School Daze, Giant Sand, M.I.L.K… la playlist du cahier musique de Libé
Le cahier musique du 28 septembre 2019.

Playlist

Chaque week-end, la webradio de Tsugi accompagne le cahier musique de Libération.

 

Deux grandes dames se sont invitées dans les pages du cahier musique de Libération: la comédienne Fanny Ardant, qui se prête au jeu de Casques t’écoute, et Diane Dufresne, qui sort un nouvel album après onze ans de silence. A lire également, une enquête fouillée d’Olivier Richard sur la fragile économie de nos festivals, pas toujours assuré de rentrer dans leurs frais, depuis les effets conjugués de l’explosion des cachets, la baisse des subventions publiques et l’inflation des frais de sécurité.

Les nouveautés

School Daze RTL (Rather Than Lies)

On démarre la playlist de ce week-end avec School Daze et RTL. Mais peu de chances d’entendre ce morceau passer sur les ondes périphériques ! Dommage parce que ce titre jouissif nous ramène du côté du meilleur de la pop à danser des Happy Mondays ou de Primal Scream, en version dance. Allez les programmateurs, un effort !

Giant Sand Reptilian

On enchaîne avec Giant Sand. Vétéran de l’americana toujours très productif, Howe Gelb revient avec un excellent nouvel album de son projet. Plus rock que folk, à l’image de ce morceau qui ouvre le disque et évoque un peu les aventures en solo de Black Francis des Pixies.

M.I.L.K. Prisoner (feat. Benny Sings)

En attendant le retour de nos Phoenix, on peut toujours passer le temps avec ce Danois très doué, que l’on a entendu dernièrement avec Benjamin Biolay. N’ayons pas peur des clichés : de la pop ensoleillée qui fait rêver à un été indien. Avec ou sans Marie Laurencin ? 

Vale Poher Jt’avoue

Echappée du groupe Mensch, dont elle est la guitariste-chanteuse, cette jeune femme à la belle voix grave rayonne en français, et non sans humour, sur de la techno bondissante. Point d’orgue dansant d’un EP qui mérite le détour.

White Velvet Maybe If I die

Sur la pochette de son premier EP chanté en anglais, la Française Juliette Richard pose de trois-quarts dos en costume de marin, rappelant l’actrice Maya Thurman-Hawke dans la série Stranger Things. Mais c’est surtout pour ses chansons qu’on la remarque et particulièrement ce titre puissant.

La réédition

The Cult, «Sonic Temple 30»

En l’espace de cinq ans, entre 1984 et 1989, le groupe anglais The Cult, mené par le chanteur Ian Astbury et le guitariste Billy Duffy, est passé du statut d’espoir de la scène indé à celui de superstar du hard rock – et des petits clubs britanniques aux stades américains. Sommet inégalé de cette carrière et raison du succès qui amenera le gang à remplir le stade de Wembley en novembre 1989, son quatrième album Sonic Temple connaît une deuxième jeunesse grâce à une plantureuse édition du trentième anniversaire.

En cinq CD, trois vinyles/une cassette ou en digital, Sonic Temple 30 dresse la généalogie complète de cette déflagration sonore qui a envoyé trois singles dans le top 40 britannique (Fire Woman, Edie (Ciao Baby), Sun King) et s’est écoulée à 1,5 million d’exemplaires aux Etats-Unis, des premières démos (20 versions de travail, qui sonnent étonnamment abouties), aux remixes (en 1989, on remixait le hard rock !) en passant par les faces B et neuf titres enregistrés pendant le concert de Wembley. Et, évidemment, l’album original remastérisé, qui n’a rien perdu de sa puissance.

La playlist du cahier musique de Libération c’est tous les week-ends sur la Tsugi Radio.

Par LIBERATION

Print article

Leave a Reply

Please complete required fields